AD&D; D&D 3.5 et autres...

L'Appel de Cthulhu

Earthdawn

Hurlements / Chimères

Hystoire de fou

J.R.T.M

le Monde de la Terre Creuse

Maléfices

Mega I - II - III

Nephilim

Rêve de dragon

Space Opera

Trauma

Vampire - La Mascarade

Vampire : Le Requiem

Warhammer

Rudiger Hurtsis - 2ème partie

Bon, par où commencer, puisque cela fait maintenant près de 5 mois que nous cherchons en vain.

Allez, je vais commencer par le début.

Tout débuta par la découverte dans un manuscrit, qu'il me fallut plus de six semaines pour déchiffrer cette écriture runique, mais bon, voilà.

Ce manuscrit parle de grottes, de cavernes et autres souterrains, où auraient été ensevelis un trésor estimé à plusieurs milliers de pièces d'or, sans compter les bijoux et autres objets, dont plusieurs seraient magiques...

Mais voilà, après 2 mois, je ne trouve toujours pas où peut être l'entrée de cette grotte... Il me faut aller voir mon maître.

Eurêka ! 1 mois absent de ma bibliothèque, mais mon maître a pu me permettre de localiser ce lieu (en venant d'Aldort, il faut prendre la direction de l'appareil de signalisation de Wurstheim, l'entrée est dissimulée dans une petite clairière), j'aurais peut-être dû lui parler de ses cavernes... J'ai peur pour mon maître, je ne l'ai pas trouvé en grande forme, mais aussi, toujours avec des apprentis, alors qu'il vient de fêter ses 97 ans, il devrait se reposer... Enfin, c'est son choix.

Où en suis-je ? Ah ! Oui, j'ai pu grâce à mon maître, localiser la région approximative de notre prochain voyage (direction Nuln), j'en averti aussitôt mes frères.

Nous sommes partis au milieu de l'hiver, et nous voici, après moult rencontres des plus diverses, presque arrivés. Voilà maintenant cinq mois que nous recherchons cette maudite entrée, mais le manuscrit m'avait dit qu'il serait très compliqué de localiser l'entrée, quelle idée judicieuse aussi de mettre l'entrée de grottes, de cavernes en pleine forêt...

Ah, oui, il faudra que je vous parle du départ de Léopold... Mais là je n'en ai pas le courage...

Alors que nous sommes en train de préparer le repas dans une clairière, où nous n'avons trouvé trace de l'entrée, je ressens dans mon fort intérieur l'impression de danger... Je préviens mes frères, et nous nous cachons dans les buissons. Mes capacités de camouflage se sont nettement améliorée...

Alors que nous observons, deux humains (un homme et une femme) arrivent sur leurs gardes, ils se dirigent vers notre campement avec prudence.

- " Il y a quelqu'un ? " demande l'homme.


Nous préférons ne pas répondre. Ils se rapprochent tous deux du feu que nous avons fait, et l'homme commence à regarder dans notre coffre de nourriture, tandis que la femme surveille les alentours...

Comme je l'avais pensé, ils commencent à s'installer et mangent...

Une fois qu'ils eurent bien mangé, je fais signe à mes frères, et nous sortons de notre cachette. Là, je commence à parler :

- " Que Sigmar soit loué... Il nous envois des braves pour nous aider dans notre tâche ".

Je me retourne vers mes frères, leur fais un signe, et leur dis :

- " Mes amis, nos prières ont été entendues... Que Sigmar en soit remercié. "

Quand ils nous voient, ils ne sont que peu surpris... Comme si ils s'attendaient à nous voir. L'homme se lève et commence à nous parler.

- " Bonjour, gentils hommes. Cette nourriture était à vous ? Elle fut très bonne, joignez-vous à nous et discutons... des louanges de Sigmar. "

Il se tourne vers la femme, lui dit quelques paroles que je ne pus entendre, puis nous demande :

- " Dites moi brave homme, cela fait-il longtemps que vous nous observez ? "

- " Nous étions ici depuis plus d'une heure avant votre arrivée... Et comme vous pouvez le constater, il y a assez de nourriture pour vous ainsi que pour nous... SIGMAR y a veillé.

Nous sommes à la recherche de protecteurs, nous recherchons l'un des nôtres qui a disparu depuis une semaine, alors que nous allions dans les grottes à une semaine de marche environ d'ici...

Mais avant de mener plus loin cette conversation, finissons ce repas... "

Nous nous installons avec ses deux personnes, l'homme se présente et présente la femme qui l'accompagne :


- " Je suis Magnus HURL et voici ma sœur Hanna, je vous prie de l'excuser car elle est un peu sauvage. "

Après quelques bouchées et plusieurs minutes d'observation, Magnus reprend :

- " Mais continuons notre conversation, car elle me semble fort intéressante..."

- " Oui, vous avez raison. Voilà, en fait nous sommes des voyageurs à la recherche de trésors de toutes sortes...

Mais, alors que nous étions sur la piste d'une grotte, qui d'après nos recherches, aurait été abandonnée d'un sorcier...

Il aurait quitté celle-ci suite à des manipulations désastreuses de la magie, et aurait tout laissé derrière lui...

Nous étions quatre au départ, Adelbert, Piéter, Léopold et moi-même, Rudiger. Mais Léopold est parti, il nous a juste laissé ce mot sur le papier, on peut y lire : " part devant ouvrir la voie... L.", il était notre défense, mais voilà, il a décidé d'ouvrir le passage pour que nous puissions le rejoindre sans trop de problème, mais nous sommes sans nouvelles de lui, il devait laisser sur le chemin des marques, c'est pourquoi nous pensons qu'il lui est arrivé malheur, cela fait maintenant une semaine que nous n'avons trouvé sa marque. "

- " Hummmhh.....Dites moi, vous le connaissiez depuis longtemps ?

Vous dites que c'était votre défense, dans quel sens ?

Aurait-il une raison particulière à vouloir y aller seul ?

J'allais répondre quand Hanna nous demanda :

- " Est ce qu'il était sorcier ou avait il des amis sorcier ? "

Ne nous laissant pas le temps de répondre, Magnus continua de poser question sur question.

- " Mais vous n'avez pas trop peur que ce soit devenu un antre de certaines bestioles ? "

Je leur coupe la parole et réponds brièvement, légèrement énervé...

- " Cela fait plus de 10 ans qu'on le connaît...

Il manie les armes de toutes sortes, avec une telle facilité...

Une raison particulière d'y aller seul ? Je ne crois pas, mais ce n’est pas la première fois qu'il fait ça... le problème c'est que là, on ne trouve plus sa trace.

Sorcier ??? Il connaît la magie comme ça, mais sorcier, NON

Avoir peur??? NON

Magnus réfléchit, il discute avec sa sœur... Puis, une dizaine de minutes après, reprend la parole :

- " Bon écoutez-moi, je veux bien vous aider mais qu'est ce que j'aurais à gagner en venant avec vous; à part risquer ma peau ?

Déjà qu'on s'est fait pédaler par des orques et un homme arbre.... "

C'est à mon tour de réfléchir, je regarde mes frères, histoire de faire passer le temps... discute une ou deux minutes avec eux... puis retourne voir Magnus et sa sœur.

- " Quoi à y gagner ???

Voyons, allez, vous m'avez l'air costaud... si je vous propose 1 pièce d'argent par personne et par jour, quand dites-vous ?

En plus, tout ce qui est trouvé est divisé en part égale.

- " Depuis plus d'une semaine, personne ne vous a rejoint pour faire équipe ?

Bon, j'en discute avec ma sœur et je vous dis la réponse... "

5 minutes plus tard...

- " Bon, on est OK ! Mais après avoir retrouvé votre ami, partage des biens et on se sépare.
On vous fait confiance par défaut, mais pas d'entourloupe ni par vous ni par nous !
On part quand ? "

-" La grotte, d'après nos renseignements, est dans les environs... et pour les entourloupes, on n'a pas le temps. Nous, c'est Léopold que l'on cherche, les trésors s'il y a et rien d'autre... "

Nous prenons la route après avoir rangé le coffre dans les fourrés... Tout en marchant, Magnus continue ses questions :

- " Dites-moi brave hommes, d'où venez-vous et que faites vous en dehors de chercher votre ami et des trésors ? "

- " C'est notre passion, la recherche de trésor; en fait nous recherchons des reliques, des artefacts et autres objets qui se vendent à bon prix... Sinon, on vient d'un village au dessus d'Altdorf "

C'est à ce moment précis, que je ressentis comme l'autre jour la sensation que quelqu'un s'approchait; je fis signe à mes compagnons de s'arrêter, et je commençai à regarder tout autour de moi... C'est sur notre gauche, que je vis un elfe, celui-ci ne se dissimula pas quand il nous aperçu. Nous nous sommes arrêtés pour l'attendre.

L'elfe en arrivant vers nous, nous salua et commença à nous parler :

- " Bonsoir à vous nobles voyageurs. Je me nomme Amendil et je suis un chasseur elfe. Pourrais-je savoir où vous vous rendez ? Moi je vais vers Nuln, et si par hasard vous vous rendiez également là-bas, peut-être pourrais-je me joindre à votre troupe, car il ne fait pas très bon de voyager seul dans une forêt, et encore moins de nuit. "

Magnus pris la parole :

- " Salut à toi, je me nomme Magnus et je suis un gladiateur professionnel, et je me rends également à Nuln. Voici ma sœur Hanna. Mais que fait un elfe seul dans les parages ? as-tu eu connaissance des orques dans les parages ? "

Hanna, se présenta également à l'elfe dans un langage codé, (on aurait dit une sorte de langage gestuel qui, allié à la parole, donnait des phrases complètes) :

- " Salut ami chasseur, je te trouve très prétentieux de venir sans précaution vers un groupe, sois plus observateur et discret...

Je m'appelle Hanna, mon frère se méfie de tout le monde, tu peux le comprendre quand tu sais qu'il a été jeté dans une arène, dès son plus jeune âge. Je ne parle que très rarement en langage commun, sauf avec Magnus. "

C'est alors que mon frère Adelbert prit la parole...

-" Salut à toi, Ami elfe, Je suis Adelbert, l'homme que tu vois avec son bâton de marche est Rudiger, et là c'est Piéter. "

L'elfe répondit à toutes nos questions, avec un air, comment dire, de tranquillité...

- " Bonsoir à vous tous, pour vous répondre Magnus, si je suis seul, c'est par choix, j'ai voulu voir à quoi ressemble la vie en solitaire et pour ce qui est des orques, je ne crains rien, je sais me défendre, mais je serais plus rassuré si je pouvais me joindre à votre groupe, car je peux me défendre contre quelques orques, mais si il y en a de trop... "

Puis reprenant le langage codé de Hanna, il lui répondit :

- " Si je suis venu vers vous comme cela, c'est que vous m'avez inspiré confiance et que vous êtes les premières personnes que je rencontre depuis plusieurs jours. "

Magnus, bougonne dans son coin avec sa sœur... Il n'a pas l'air d'apprécier l'arrivée de l'elfe...

Puis, je m'approche de l'elfe et tout en jetant un coup d'œil à Magnus, je prend la parole :

- " Allons, Magnus, notre cher ami Elfe, n'est point stupide, puisqu'il est arrivé ici sans aucunes difficultés, c'est qu'il doit être soit le plus excellent des couards pour pouvoir fuir sans être vu, soit un bon combattant... Et mes maigres connaissances sur les elfes me permettent de dire, que de mes deux propositions la deuxième est la bonne...
N’ai-je point raison, Ami elfe ? "

Puis, ayant une connaissance de la langue elfique, je lui dis dans sa langue :

-" Bienvenue à toi, parmi nous. Nous recherchons l'un des notre, veux tu te joindre à nous. "

L'elfe n'a pas le temps de donner sa réponse que nous entendons tous des cris du genre, euh .... Discussion houleuse ... voir même insulte.

Voici un petit résumé de se que l'on peut entendre :

- " Ahhhhhhhhhhhhhhh! Qu’est ce donc que ses fils de "censuré" qui me barrent la route...
Vous allez regretter de vous êtes attaqués à moi... Vous avez pas aut" chose à fout'e, bande de larve puante... bande de " le reste est censuré " ... ... ...

Alors que l'on entend toujours fuser les insultes, nous pouvons discerner des bruits de combat... des cris de douleur... et toujours des insultes...

L'elfe, rapide comme tous ceux de sa race, se retrouve l'arc près en moins de 5 secondes.

Étant d'un naturel extrêmement curieux vis à vis de tout bruits que je n'arrive à déterminer avec exactitude, je demande aux autres:

- " Eh! Si nous allions voir se qu'il se passe par là bas... ? "

C'est Piéter qui répond le premier en me posant cette question : - " Mais est ce vraiment nécessaire ? "

Je lui réponds : - " Nécessaire ? Non, mais, il est intéressant de savoir qui peut faire autant de vacarmes, rien quand beuglant. "

C'est autour de Adelbert de répondre : - " Alors allons y ! Magnus, Hanna, Ami elfe, venez vous avec nous ? "

Magnus sort sa hache et se met aussitôt à courir dans la direction des injures; tout en criant : " Bien sur, comme je suis un peu énervé ça me fera du bien de l'exercice, et savoir qui peut dire autant de jurons en si peu de temps m'intrigue... ",

Hanna encoche une flèche, et avance avec prudence prête à le couvrir.

Nous nous dirigeons donc, dans la direction des injures... Avec prudence pour certains et sans finesse pour d'autre.

Arrivés sur les lieux des injures, nous pouvons voire un spectacle des plus impressionnants. Là, un nain est en plein combat avec, comment vous dirent, un homme ayant l'apparence d'un arbre; mais aux alentours du nain, gisent à terre les corps de cinq orques.

Le nain à l'air blessé à l'épaule, mais ça na pas l'air de le gêner plus que ça... Tout en combattant l'espèce d'homme arbre, il continue ses hurlements :

- " AHHHHHHH ! Viens donc goûter de ma hache, vieille branche... qu'j'te découpe pour réchauffer ma vieille carcasse ensuite... "

Hanna vise et s'apprête à tirer sur l'homme arbre, lorsque Magnus se met à hurler en courant comme une furie en direction de l'homme arbre :

- " A MMOORRTTT !!! ..."

Le nain, entendant un cri venant de derrière lui, se décale pour rester en contact visuel avec l'homme arbre, mais pour voir qui lui arrive dans le dos, mais, l'homme arbre profite du mouvement du nain, pour lui décocher une belle paire de claque, le sang coule du visage du nain, mais il reprend le contrôle de lui même et tout en jurant :

- "quel est c"tte 'censuré' qui vient me casser les 'censuré' assène un superbe coup de hache en plein tronc... puis relève sa hache pour la faire redescendre, mais rate son objectif...

L'elfe tirent avec une rapidité des plus surprenante, et avec une précision qui ferait en frémir plus d'un... Deux flèches partent, et atteignent l'homme arbre, celui-ci déjà blessé, s'écroule sous les flèches de l'elfe...

Alors que l'homme arbre est à terre, Le nain se met à hurler :

- " Alors, vieille branche, tu fais moins l'malin ma"t'nant !!! Hein " tout en crachant par terre...

Magnus se trouve surpris, car lorsqu'il arrive pour frapper, l'homme arbre s'écroule sous l'impact des flèches. Mais, est heureux de voir le spectacle, et est stoïque face au tableau présent devant lui....

- " Salut à toi, messire nain. Je me présente, Magnus le gladiateur et voici ma sœur Hanna (qui s'approche d'eux bien sur), désolé pour le cri mais ça marche bien dans une arène, je suis très impressionné par votre maniement de votre hache et par votre prestation. Nous allons en direction de Nuln..."

L'elfe vérifie les corps et rejoint Magnus et Hanna; Adelbert; Rudiger et Piéter les rejoignent.

Le nain fait environ 1m50, bien charpenté, coiffé d'une crête orange, tatoué sur toutes les surfaces restant visible de son corps.
Il porte un superbe anneau nasal.
Il est vêtu de cuir sur tout le corps sauf les bras, il porte un sac à dos, une magnifique hache à 2 mains, et à sa ceinture est visible une dague et une hache.
Il pu l'alcool à plein nez...

Une fois tous autour du nain, celui-ci prend la parole :

- " J'm'appel Durak, je viens du golfe noir, de Karak Varn. J'ai appris qu'vous alliez à Nuln... Aaaaaaaahhhhhh... y a rien à y faire, pas d'combat honorable, pas d'koi s'attarder... Moi, c'est du gros qu'recherches, alors, si vous savez où en trouver, j'vous suis... Mais que vois-je ? Mais oui, c'est bien un ELFE !!! J'croyais c'était une légende ses bêtes là... AH ! AH ! AH ! AH ! AH ! "

L'elfe ne répond pas...

- " Bon ba, c'est pas qu'j'm'ennui, mais, c'est où qu'on va ? "

Il sort une bouteille de son sac à dos et d'un trait en vide la moitié...

Magnus, se dirige vers l'elfe et lui demande :

- " Viens tu avec nous chercher leur ami, l'elfe ? C’est quoi ton nom déjà ? "

Aldebert s'avance vers le nain :

- " Dite moi, messire nain... à part jouer de la hache et picoler sec; vous faites quoi de vos journées ? " (Le ton est quelque peu moqueur).

Pendant ce temps, L'elfe répond à Magnus :

- " Mon nom est Amendil, et oui, je me joins à vous pour aller chercher leur ami. "

Après deux jours de recherche, toujours rien...

Durant les tours de gardes, la nuit, à part les loups et les animaux nocturnes, ils ne nous arrivent rien de fâcheux...

Mais, alors que nous avons repris la route depuis peu, nous pouvons entendre une discussion (une seule voix est discernable); seule les intonations de voix change :

- " Eh chef ! Ils sont quand même 7, on attaque ou pas ??? "

- " Comment ça, ils sont 7 ??? "

- " Crétin de ploukes; y m'avait dit 2 ou 3 ... "

- " On se repli. "

- "AaaaaaaaaaaaaaH L'ATTAQUE............"

L'elfe se prépare, Adelbert prépare ses armes, quelque chose cloche, je regarde aux alentours, et m'arrête. Je me prépare... Piéter sort ses armes et reste aux côtés de Rudiger...

Cela vient de devant nous (légèrement sur notre gauche)...

Le temps de nous préparer, et là surgit devant nous, un homme de grande taille (j'ai dit de grande taille, pas un géant - près de 3 mètres...)
Il est vêtu d'une tunique et d'un pantalon de voyage en loque, qui permettent de montrer qu'il porte une maille sur tout le corps...
Il a également une épée à deux mains de près de 2m50...

Il est en train de se parler à lui même :

- " Eh, y sont bien 7 ??? "

- " Bah oui "

- " I vont nous faire mal ??? "

- " Bas oui... "

C'est là, que certain d'entre nous, prirent des risques inconsidérés...

Durak (en beuglant comme à son habitude) et Magnus, chargèrent. Pendant ce temps, Hanna se prépara à tirer à l'arc.

Adelbert, quand à lui, avança avec prudence. Piéter et moi-même, restons à nos places... Je me concentre, Piéter me protège.

Amendil, scrute les alentours, et heureusement pour nos deux furieux, car il vient d'apercevoir, camouflé dans les branchages des arbres, deux archers, près à faire feux...

Avec une rapidité des plus... comment dire... rapide, il tire deux flèches en direction d'un des hommes, celui-ci, touché grièvement tombe de l'arbre, et c'est mort qu'il atterri à terre... L'autre homme, voyant cela, pris de panique, saute à terre et fuit à toute jambe.

Le grand bonhomme, que j’appellerai quand même le géant, reste là, il semble près à recevoir de plein fouet les deux furieux qui chargent...

Dès qu'il voit les deux arriver sur lui, il commence à fendre l'air de son épée... puis quand il arrive à porter, la lève et la rabat sur Magnus, celui-ci touché au tronc, cri... mais reste vigilant et près à combattre... Dommage, ils ont chargés pour rien... Il est près à les recevoir.

La flèche d'Hanna, touche le géant, mais n'a pas l'air de lui faire grand dommage...

C'est alors que j'entre en action... six petites explosions de flammes atteignent le géant... Il est blessé, mais tient toujours debout...

Adelbert arrive au contact et lui assène un coup d'épée dans le bas ventre, le sang coule...

Amendil, tire ses flèches, mais le résultat est le même qu'Hanna.

Tout en faisant un bond spectaculaire, Magnus touche le géant à la tête, mais le coup n'a même pas fait flancher le géant... Magnus se met à crier :

- " Rends toi ou meurt "

Durak, lève sa hache, mais rate... Il se met à déblatérer quelques insultes de son cru au géant...

Adelbert frappe, et fait une petite estafilade...

Le géant lève son épée, et la rabaisse en direction de Durak, mais celui-ci, esquive la lame tranchante du géant.

Cinq nouvelles petites explosions de flammes atteignent le géant...

Adelbert frappe de nouveau, touche et fait une petite entaille au bras droit, qui n'a pas l'air de gêner notre géant...

Hanna tire de nouveaux, toujours le même résultat, il n'a pas l'air d'avoir grand mal... Mais en quoi est-il dont fait ???

Et là, le géant ce met à parler :

- " Alors les mioches... Vous ne pouvez pas faire mieux... Parce là, à par quelques bleus, j'ai rien senti... par contre, je sens que j'en ai mare et que maintenant, je vais vous montrer ce qu'est un combattant, un vrai... Vous allez voir que je ne suis pas une femmelette de pourfendeur... "

Mais, au même moment, Amendil, tirent ses flèches, et touche le géant en pleine tête, le géant se met à brailler:

- " Bor... de m....; quel est le f... de p... Qui m'a fait ça ? Que je l'étripe ! "

Un joli filet de sang se met à couler de la blessure que la flèche à faite... Le sang coule abondamment... la flèche est toujours figée dans la tête du géant et d'après ce que nous voyons, elle ne pourra être sortie que par chirurgie...

De rage, le géant lève son épée et la rabat violemment sur Magnus qui esquive sans trop de difficulté...

C'est à ce moment que choisissent nos deux fureurs pour poser des questions :

- " Qui t'envoie et pourquoi ? " demande Magnus

- " Tu vas y laisser ta peau, grand z’homme, rend toi ou meurt " dit Durak

- " Attend un peu faut qui cause avant... ça peut servir !!! " répond Magnus à Durak

- " Ça sert à rien d'causer à c"te chose... Et pis j'ai deux mots à dire à l'elfe !!! reprend Durak

- " Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah, ce que vous pouvez être drôle... Mais là, il est temps pour moi de me soigner quelque peu, enfin, cela va surtout me permettre de vous achevez par la suite... "

Et là il sort une bouteille et se met à la vider d'un trait... au même moment six autres petites explosion de flammes le percutent, mais ne l'achève pas.

- " Alors, p’tite chose... Vous croyez pouvoir m'arrêter... Moi, je n'y crois pas... Mais comme vous en avez la possibilité, je préfère partir d'ici... Mais je vous le dit, on se reverra... et pas si tard que sa..."

Et là, il fait un bond des plus impressionnant par dessus Adelbert, Durak et Magnus, sans que ceux-ci n'aient le temps de réagir, et se met à courir avec une énergie des plus incroyable... Nous n'avons pas le temps de dire ouf, qu'il est déjà quasiment à perte de vue...

Amendil et Hanna tentent tous deux de le flécher, mais le géant est rapidement hors de portée...

Puis, Durak se retourne, toise Amendil et commence à l'insulter :

- " Bon, à nous deux l'elfe... Pourquoi t'as mis tout c'temps à tirer ?
Tu veux qu'on y laisse nos carcasses ?
J'vais m'fâcher..."

Et là, il se met à courir vers Amendil en criant :

- " OOOUUUUAAAAHHHHH !!!!!! "

Sans ce soucier de Durak, Magnus rejoint sa sœur, et commence à se soigner, là, il prend la parole :

-" On va peut être se reposer un peu. Puis de toute façon, je crois que nos AMIS on quelques explications à nous transmettent. Comme par exemple le fait qu'ils ne bougent pas; et les explosions d'où sortent elles ? "

Je prend la parole : (Magnus commence à poser beaucoup de questions, et Durak est incontrôlable...)

- " Messire nain, veuillez je pris vous arrêtez, ou bien quittez ce groupe, je n'ai que faire d'un chercheur de querelles... Quand à vous Magnus, vous avez été embauché, vous et votre sœur pour notre protection... Donc nous n'avons rien à vous expliquer... "

Puis m'adressant à mes frères :

- " Adelbert, Piéter... nous repartons, je voudrais être plus loin avant la nuit; vous venez vous autres, ou notre collaboration s'achève ici ? "

Sans les attendre, nous reprenons la route.

Durak s'arrête, nous regarde tous les trois d'un mauvais œil, mais étrangement reviens calmement près de Magnus.

Magnus et Hanna se regardent, mais ne disent rien.

Nous continuons notre route, Magnus demande si quelqu'un aurait de quoi soigner ses blessures.

Pendant que nous faisons un arrêt le temps de soigner Magnus, Hanna part dans la forêt pour y pister d'autres prédateurs, elle y invite Amendil.

Mais ils ne découvrent rien.

Durak marche et.... boit aux côtés de Magnus. Tout en avançant, ils se racontent leurs exploits de guerriers...

Alors que nous avançons, tout d'un coup, nous pouvons entendre de formidable jurons dit par une voix que nous connaissons bien, j'ai nommé celle de DURAK...

Celui-ci vient de faire une chute, oh de rien du tout, enfin presque... 2 m à 2 m 50... Il vient de choir dans une sorte de puits... Quand nous regardons de plus près, personne n'aurait pu voir se puits tellement il est formidablement bien dissimulé.

Une fois en bas, Durak, se lève et peu nous dire que tout va bien... Et qu'il y a une issue, ce n'est qu'un puits stupide... Cela pourrait bien être l'entrée recherchée...

Amendil prend la parole:

-" Bon ! Et bien puisque messire nain a découvert un passage, je propose que nous allions l'explorer. Quand pensez-vous ? "

Après avoir préparé de quoi descendre et de quoi nous éclairer une fois en bas, nous rejoignons le nain.

Une fois en bas, nous apercevons un couloir, au bout le chemin va à droite et à gauche...

le plafond se trouve à 2m10, (la largeur des couloirs ne permet pas d'être à deux de front), le sol et les murs sont humides. De plus, des dessins recouvrent les murs des couloirs... (Dessins que nous ne pouvons identifier, à cause de l'humidité qui a rongée la peinture).

Adelbert, s'adressant à Magnus lui demande:

-" Alors, A droite ou bien à gauche ? "

-" A gauche... " répond Magnus.

Nous arrivons devant trois portes, Hanna écoute à la première durant que Durak écoute à la deuxième...

Hanna nous dit qu'elle n'a rien entendu, Durak nous fait signe qu'il entend quelque chose... Il nous dit en revenant vers la première porte, qu'il y a à quelqu'un en train de ronfler dans la pièce suivante.

Magnus s'approche d'Amendil et lui dit:

-" Eh! L’ami elfe, toi qui n'a pas l'habitude des cavernes et autres endroit fermés, soit bien attentif, ça peut devenir notre tombeau, leur ami n'ait pas revenu encore. "

Durak murmure à Hanna :

-" Ouv'e discrètement et après on fonce... J'préviens les aut'es, au fait tu comprends c'qu'je dis ? "

-" Bien sur que je comprends ! Je ne suis pas idiote ", lui répond Hanna

-" J'ai pas dit ça mais comme tu réponds pas... j'me demandais... "

Puis Durak répète à Pieter et lui demande de passer le mot ainsi que de dire à Magnus de rappliquer auprès de lui, au cas où !!!

Après avoir ouvert la porte, nous rentrons. C'est une pièce où règne une forte odeur de pourriture... Est visible à la lumière des torches, une table au centre de la pièce.

Sur la table, les restes de nourritures moisies ainsi que des bols et des couverts brisés sont visibles.

Un petit coffre est également visible au fond de la pièce, posé sur une paillasse des plus... comment dire... dégueulasse.

On reste prudent, Hanna se déplace discrètement derrière son frère jusqu'à la table, Durak s'avance jusqu'au coffre et invite Amendil à le suivre, pendant que mes frères et moi même restons à l'entrée, à scruter le couloir.

Le coffre est sculpté et fermé, une serrure est visible. Mais une fois en main, il n'a que l'apparence du bois. Celui-ci est en métal.

Nous ne trouvons rien d'autre dans la pièce.

Durak, force la serrure du coffre. Celui-ci ne contient qu'un parchemin plié en 4... Il y a une inscription dessus:

" Vous venez de commettre votre première erreur... Les suivantes ne feront que précipiter votre trépas... BULGROZ... "

Après une 10ène de minutes à discuter entre nous, nous décidons de repartir de cette pièce, aucun d'entre nous ne sais qui peu être ce Bulgroz.

Nous nous dirigeons vers la seconde porte.

Alors que Durak commence à clencher; celui-ci, ce met... à crier ... de petites pointes d'acier bien affutées viennent de sortir de la clenche et le blesser légèrement...

Du bruit, venant de l'intérieur de la pièce se fait entendre... genre réveil en sursaut...

Durak se place à gauche de la porte. Magnus à droite, tout les deux se préparent à pourfendre ceux qui voudraient sortirent.

Hanna et Amendil se même légèrement de côté, prêt à flécher.

Mais toujours rien au bout de trois minutes.

Durak nous dit de nous pousser, il va entrer. Il ouvre la porte, mais n'entre pas. Il scrute la pièce, celle-ci donne l'impression d'avoir été évacuée, une table et une chaise sont visible dans la pièce, ainsi qu'une paillasse. Sur la table une bougie est allumée.

Je ressens un danger, mais n'arrive pas en déterminer la nature.

Durak et Magnus entrent.

Dès qu'ils entrent, la porte se referme violemment, et l'on peut entendre une barre tomber et bloquer la porte de l'intérieure.

Nous essayons d'ouvrir la porte le plus rapidement possible, mais rien n'y fait.

Hanna perd le contrôle d'elle même et commence à insulter mes frères et moi-même.

Un cri se fait entendre à l'intérieur de la pièce, puis suivent des bruits de combats, ceux-ci ne durent guère.

Moins de dix minutes après la fermeture de la porte, celle-ci s'ouvre de nouveau. Durak, nous fait entrer en beuglant :

- Pas réagit assez vite, grouillez vous, Magnus perd tout son sang... Salaud d'peau verte de m.... "

Hanna, court auprès de son frère, nous suivons.

Piéter sort son matériel et commence des soins médicaux sur Magnus.

Là, Durak nous explique comment ils ont été surpris par l'orc.

- " C'te saloperie d'peau verte, regardez au dessus d'la porte, l'enf...., il a une niche, il était planqué là, quand on est entrés, il a fermé la porte en tirant sur une corde et à fait s'abattre la barre qu'est là, puis une fois qu'on est entrés il a sauté sur Magnus dagues en mains, et les lui à plantées dans le cou... C'est pas légal des actions comme ça... Normalement il aurait dû m'attaquer de front, c'te fils de p... de peau verte... Ils ne respectent rien ces créatures diaboliques... "

- " OK, maintenant on remet Magnus sur pieds et on se barre de c'te pièce de m...., allez on s'grouille... Amendil, vous marcherez à mes côtés, votre vue, ne sera pas inutile... "

- " Je suis tout a fait d'accord avec vous messire nain, je vous suivrais donc a l'avenir pour ainsi essayer que d'autres événement du même genre ne se reproduise. " lui répond Amendil.

- " Si vous voulez continuer avec Magnus, il faudra le transporter, il ne pourra pas se tenir debout tout seul, mais il est hors de danger à présent.
Si vous le souhaitez, je l'aiderai à marcher... Mais il lui faudra une bonne semaine de repos; il faudra que l'on s'arrête au moins toute les trois heures que je puisse refaire ses pansements. " Nous fait remarquer Piéter.

- " Ok ! D'toute façon on a pas le choix, alors barrons nous d'là ! " dit Durak en continuant de jurer contre les peaux vertes.

Nous ressortons de la pièce et décidons de longer le couloir, nous laissons la troisième porte et continuons jusqu'à un croisement, qui nous permet d'aller à droite, à gauche ou de continuer tout droit. Durak, jette un œil prudent sur l'embranchement de gauche tandis que Amendil vérifie celui de droite.

- " Alors Amendil, droite ou gauche ? Rien détecté par ici. Allez à droite ? " demande Durak en se tournant vers Amendil.

- " Ok, allons à droite... " répond Amendil.

Alors que nous avançons, nous trouvons un parchemin accroché au mur... Amendil le prend avec précaution et le lit. Durak, toujours impatient demande :

- " Alors, qu'est c’qui raconte c'te bout papier ? Tu peu m'le lire, moi j'sais pas lire ! "

Amendil nous lit donc le parchemin:

- " Ce bout de papier comme vous dite, messire nain, nous conseil de faire demi tour si l'on ne veut pas qu'ils nous arrivent d'autres ennuis. "

Durak semble perplexe puis dit :

- " Comme si un bout d'papier pouvait nous faire faire d'mi tour !!! "

Nous décidons de continuer. Mais avant une petite pause pour que Piéter puisse examiner les pansements de Magnus. Le couloir nous mène devant une porte d'environ 2 mètres 30 de haut pour 1 mètre 40 de large, en bois sculptée, les sculptures représentent des personnages orques, gobelins et autres peaux vertes massacrants des villages humains, nains, elfes et même hobbit... Les sculptures sont d'un réalisme époustouflant.

- " Alors là, brave gens, avec des trucs pareilles, y'a d'quoi avoir les fois... On rentre ou on s'taille ? " Demande Durak avec dans sa voix une pointe de provocation.

Se tournant vers Amendil, il lui demande :

- " T'en pense quoi, l'grand ? "

Puis se tournant vers Hanna et Adelbert :

- " Eh! l'Hanna, tu peu écouter, dès fois que ? Adle.. burg... bert... Adelbert, vous feriez quoi vous ?

- " Je veux bien écouter, mais je ne suis pas un expert " lui rétorque Adelbert.

Une 15ène de secondes après, il reprend :

- " Pour moi, y'a personne derrière. "

Je suis perplexe, je ressens un étrange sentiment, j'en fais par aux autres.

- " Attention, il y a quelque chose derrière cette porte... Je ne sais pas se que c'est, mais ce n'est pas un allié... Enfin, je ne crois pas... "

Piéter sort son arme.

Durak, se prenant pour un stratège donne les ordres :

- " OK ! Hanna déploiement à gauche, Amendil à droite, moi tout droit... Les autres en appuient derrière. Piéter, tu m'suis ? "

On arrive dans une pièce où il n'y a aucune autre issue. Au centre de celle-ci, sur une estrade, on trouve deux statues de bronze (incrustée de diamant et de rubis), elles portent une armure de plaque et sont armée d'épée bâtarde. Autour de l'estrade, un fossé rempli d'eau croupie. Les murs de la pièce sont recouverts de sang séché et autre marque qui pourrait être dû à de violents combats.

Déploiement des combattants, Piéter et Hanna à gauche, Durak et Amendil à droite. Ils avancent tout en faisant attention de ne pas déclencher un piège. Une fois derrière la statue, ils font demi-tour, il n'y a rien d'autre que les statues. Les deux groupes reviennent Piéter et Hanna à droite, Durak et Amendil à gauche. Arrivé à moitié du chemin, on peu entendre un bruit de raclement, comme si on trainait un bloc de pierre.

En regardant les statues, on remarque que c'est leur socle qui ont bougés, Ils ont pivotés pour que leurs regards qui étaient tournés vers la porte soit maintenant tourné vers Hanna et Piéter pour l'une, et vers Durak et Amendil pour l'autre.

Les deux groupes décident de se hâter pour revenir à l'entrée de la pièce, tout en surveillant les statues. Ils arrivent sans soucis à la porte, les statues ont encore bougées, elles ont suivi le déplacement des deux groupes...

- " Je serai d'avis de partir d'ici, Je n'ai pas envie de les voir tester leurs épées sur nous... Qu'en penser vous ? " Demande l'elfe.

- " D'accord avec vous " lui répond Adelbert.

Je serai intéressé de savoir comment elle fonctionne, mais n'étant pas un combattant je préfère me rallier à la majorité et leur en fait par.

- " Hum !!! Si tout le monde veux partir, je ne vois aucune raison de rester, mais j'aurai bien aimé trouvé leurs moyens de fonctionnement... Mécanique, magique, les deux peut être... ?

- " Oui, on s'en va, on est là pour retrouver Léopold, c'est notre seul but, il faut retrouver notre... " Et oui, un peu plus et Piéter révélait que Léopold est notre frère et pas notre escorte.

- " Allez, on s'taille, ça pu l'embrouille ici, allez, j'te suis Amendil, où qu'on va ? " demande le nain à l'elfe.

On fait demi-tour, et l'on prend l'autre couloir, qui nous mène à une porte toute simple. Mais alors que l'on vient pour l'ouvrir Durak nous rappel à l'ordre :

- " Eh ! Attendez, les statues sont bourrées de pierreries, on va quand même pas s'dégonfler... "

- " Non, non et non, on ne va quant même pas risquer nos vies pour quelques pierres ? " dit l'elfe.

Piéter et moi même somme d'accord avec Amendil et le disons au groupe :

- " Tout à fait d'accord, il ne sert à rien de risquer nos vies pour des pierres... "

Adelbert toujours à l'affut de remplir ses poches prend la parole :

- " Faut voir, ça permettrait de voir venir... La vente des pierres peut rapporter gros. "

- " Faut qu'j'y r'tourne, qui vient ? " demande le nain légèrement contrarié que personne n'est dit OUI directement...

Seul Adelbert suis Durak, nous restons pour explorer la pièce qui se trouve derrière la porte devant laquelle nous nous trouvons.

Après avoir clenché, nous entrons dans une vaste pièce, une chaise et un bureau sculpté, ainsi qu'une armoire semble indiquer que quelqu'un d'important occupe cet endroit.

Dans un coin de la pièce, un homme fouet à la main inflige une correction à l'un de ses serviteurs. Sous les coups, celui-ci gémit et demande pardon.

En voyant cela, mon sang ne fait qu'un tour et m'adressant au bourreau, je lui crie :

- " Arrête là, je t’interdis de continuer à le fouetter... Prends garde à toi, si tu ne t'arrête pas !!! "

L'homme arrête aussitôt de fouetter son serviteur (qui en profite pour se mettre dans un coin, et se recroqueville sur lui même), se retourne, et vous toise d'un regard mauvais, puis nous dit :

- " En quoi cela vous regarde-t-il ? Il est mon serviteur, j'ai donc droit de mort vie sur lui...
A moins que vous ne soyez intéressé pour l'achetez ?
Sinon je n'vous retiens pas, vous pouvez sortir ! "

Magnus faisant un terrible effort pour se maintenir droit se met en colère :

- " Personne n'a droit de vie ou de mort sur quelqu'un, même pour un esclave... "

Hanna encoche aussitôt une flèche...

Magnus toujours sous le coup de la colère continu :

- " Et puis qu'a-t-il fait de si terrible pour mériter tel châtiment, et qui est tu pour déterminer de son sort ? "

L'homme reprend la parole calmement :

- " Tu peux ranger ton arc femme...
Si je n'ai pas droit de vie ou mort sur mon serviteur, quel droit a tu de me perforer l'estomac...
Mais bon, comme je suis de bonne humeur ce jourd'hui... je le laisserai vivre... "

Il range son fouet dans l'armoire, se dirige vers son bureau et si installe, et commence une discussion avec vous :

- " Alors, quel mauvais vent vous a menez jusqu'ici ? "

Hanna prend la parole, (son regard n'est que mépris pour l'homme, et je pense qu'elle le tuerai si son frère n'était pas présent parmi nous) :

- " Contrairement à mon frère, je ne réponds pas au même code, je tue si cela me paraît nécessaire... La nature peut être d'une cruauté plus terrible que tu ne pourras l'être !!! "

Magnus dans un autre effort continu ses questions :

- " Alors que fait tu en ses lieux, et qui est tu ? "

Hanna se tourne vers Amendil et lui dit en langage des rôdeurs :

- " Durak serai le bienvenu... "

- "Qui je suis ? Ah! Ah! Ah! Ah! Je suis Jurglove le premier; intendant sédentaire des lieux... "

- " Et qu'a-t-il fait de si terrible votre serviteur ? " demande Piéter

- " Qu'a-t-il fait ? Il a mélangé toute mes feuilles (qui doivent être celles qui trainent sur le bureau); comment voulez vous que je m'y retrouve ? Il veut tout faire, mais hélas ne fait rien correctement... "

- " OH ! Mais j'y suis... voilà près de 7 ans que je suis en poste ici, vous venez me tester ? Vous pouvez y allez, je n'ai aucune crainte, je ne fait que mon travail...

Comme il n'est guère agressif, j'en profite pour lui poser une question :

- " Auriez vous aperçu du monde récemment ? "

Au moment ou l'homme répond Durak et Aldebert rentre dans la pièce.

Durak, toujours égal à lui même, rentre en bougonnant.

- " Groumph, Alors qui qu'on trouve par ici, pas’que là bas, à part des pièges électriques, y'a rien d'autres... ", Mais voyant l'homme au bureau, il rajoute :

- " On vous racont'ra plus tard... S'lut m"sieu... Moi c'est Durak. "

- " Jurglove, et pour répondre à ses personnes qui d'après vos dire doivent vous accompagner, effectivement, un homme est passé par ici récemment... Mais, comme il avait l'air de savoir où il allait, je ne suis pas intervenu, mais, ai juste fait prévenir le chancelier Urglovej. Mais bon, je vous pris de bien vouloir m'excuser, mais là, je dois continuer mon travail... "

Se tournant vers son serviteur, il lui dit d'un ton plus que méprisant :

- " Groupse, va porter se message, chambre Tika. "

Et le serviteur, l'air joyeux, prend le pli et quitte la pièce...

- " Qui est donc se fameux chancelier Urglovjev ? "demande Amendil.

- " Vous ne connaissez pas le chancelier ? " dit-il d'un air surpris.

- " C'est lui qui fait le lien entre notre maitre et le gardien suprême, voyons. Vous ne pouviez pas ne pas vous rappeler. C'est encore une question pour me tester ? n'est-ce pas ? "

- " Vous tester de quoi au juste, et qui a t'il dans la chambre Tika ? " demande Magnus.

- " Ouaip, pis c'quoi qui fait bouger les statues d'bronze ? " demande Durak méchamment.

L'homme se lève de son bureau, et sans vous laisser le temps de réagir, sort un cor de sous son bureau et souffle de toute ses forces dedans... Puis le lâche pour sortir son épée du fourreau...

- " Au piège... Qui que vous soyez, le chancelier aura rais....... !!! " hurle-t-il.

Amendil ne lui laisse même pas le temps e terminer sa phrase qu'il décoche ses flèches sur lui, toutes deux mortelles. L'homme s'écroule dans une mare de sang.

Nous décidons de ne pas trainer dans cette salle, mais Amendil, et Adelbert font une petite inspection rapide des lieux, tandis que Durak fait le guet à l'entrée. Ils peuvent trouver un trousseau de clé (17 clé d'argent), un kit d'écriture et une 10ène de parchemins vierge. Personne dans le couloir, chance ou piège, je ne sais qu'en penser. Nous décidons d'emprunter le dernier couloir non exploré.

Nous marchons une petite demi-heure sans rencontrer quiconque, une porte est sur le mur de droite, un peu plus loin, un carrefour avec 4 direction possible.

Nous décidons de passer la porte, il faut refaire les pansements de Magnus et se reposer... Amendil écoute, aucun bruits, nous entrons. La pièce est petite et vide de monde. Seul une table, une chaise et une paillasse sont visible. Parfais, nous faisons de cette pièce notre campement. Adelbert aide Piéter à allonger Magnus sur la paillasse (après avoir vérifier qu'il n'y ai pas de bestiole ou autre parasite pervers). Durak monte la garde. Le reste du groupe prend un peu de repos. Amendil remplacera Durak pour la garde, puis ce sera au tour de Piéter et celui de Adelbert. Après nous repartirons pour continuer nos recherches.

Pendant les soins de Magnus, Adelbert nous raconte leur mésaventures dans la pièce de la statue :

- " Durak et moi sommes entrés dans la pièce, les deux statues étaient toujours là. Durak a approché au plus près des statues, et a commencés à les observer, puis tout en grommelant je ne sait quoi, il c'est présenté... S'lut statue, j'm'appel Durak, qui êtes vous, et donnez moi vos pierres..." c'est a se moment là qu'une voix c'est fait entendre, elle à dit : Servez vous bande de fous... Alors là, arrive le moment le plus drôle, Durak à essayer de sauter le fossé plein d'eau, mais a raté son coup et c'est retrouvé en plein milieu de l'eau croupie... Je n'vous répèterais pas les jurons prononcés... Mais comme notre cher nain est fier, il a continué son chemin et est arrivé aux statues. Une fois arrivé, c'est là que les ennuis ont commencés, il a sorti son matériel pour récupérer les pierres, et là, j'ai pas bien compris se qu'il faisait. Tout en essayant de prendre les pierres, il gesticulait dans tous les sens, comme pris de soubresauts. Je l'ai rejoints, et une fois arrivé, j'ai tout compris, les statues étaient électriquement protégées, Heureusement qu'il n'y a pas été seul, sinon il aurait fini grillé; Notre maître nain. Je ne vous dis pas la gueulante qu'il a poussée une fois déconnecté de la statue. Il s’est vengé à grand coup d'marteau. Et on peu le remercier, car il a pu récupérer une bonne 10ène de pierres. Et voilà, après ça, on a fait demi-tour et on vous a rejoints.

Après ses quelques heures de repos, nous repartons vers le carrefour aux 4 directions, nous prenons un passage au hasard, celui-ci nous mènent à une vaste caverne de glace remplie de Stalactites et de Stalagmites.
Au fond de la caverne, on aperçoit un corps face contre glace. Il nous est impossible de savoir s'il est endormi ou mort...

Hanna commence à se déplacer en passant à droite; Amendil fait de même mais à gauche. Durak toujours aussi imprévisible se dirige directement vers le corps en passant par le chemin le plus court, il avance avec prudence, le sol est des plus glissant. Il arrive sans trop de difficulté au corps, celui-ci est certainement humain, entre 1m70 et 1m80. Mais au moment ou ils veulent retourner le corps, de petit bruit strident se font entendre (style griffe sur de la glace). En entendant ses bruits, il s'arrête et se prépare au combat. Magnus, toujours faible, sort quand même un arc. Piéter et Adelbert se prépare également, je suis surpris, je ne ressens aucune présence dans la pièce.

Alors que nous sommes tous près, un chat géant sort de derrière le corps, monte sur celui-ci, le regard tourné vers l'entrée de la caverne. Amendil, Durak et Hanna peuvent apercevoir, qu'il possède de magnifiques griffes d'acier et qu'il les utilise pour se déplacer... Puis, il s’assied sur le corps gisant à terre et attend en miaulant.

- " Moi j'aime pas les chats... " Beugle Durak.

- " Que fait ce chat ici ? Est-ce lui qui a éliminé cette personne à terre ? " Fait remarquer Magnus perplexe.

- " D'après toi, c'est son maître à terre ? "demande Hanna (qui prépare son arc) à Amendil en langage des rôdeurs

- " Je n'en sais fichtre rien, mais ses griffes ne me plaisent guèrent. Au moindre mouvement, je tire... " répond Amendil dans le même langage. (Tout en encochant une flèche)

Durak énervé sort sa hache et commence à se déplacer vers le chat en criant :

- " Allez, j'vais lui met"e un bon coup d'hache entre les omoplates et on pourra mangés d'la viande fraiche... et pis ses griffes, sa dois surement valoir deux trois pièces pour Durak... ? "

Amendil s'interpose entre le chat et le nain, tout en surveillant le dernier arrivant :

-" Du calme messire nain, il se pourrait bien que notre adversaire soit plus sérieux que prévu, la prudence est de rigueur, croyez moi... "

C'est alors qu'une voix se fait entendre, elle provient... ... DU CHAT :

-" Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Je reconnais bien là le langage d'un nain, toujours aussi primaire, dites moi, nainbo, euh nabot... à par le massacre, vous savez faire quoi ? Et vous, l'elfe, baisser votre arc, je vous pris... Quand à toi, l'utilisateur d'arcanes, n'utilise pas tes pouvoirs ici, ou votre sort est tout tracé... "

-" Cé quoi c"te bordel, cé toi qui parle, chat ? j'crois bien j'vais découper à la hache ! " Hurle Durak

Magnus, plus diplomate, commence à discuter :

- " Durak, arrête un peu, t'es saoulant. Bonjour, nous ne voulons de mal à personne, nous nous sommes juste égarés dans ses cavernes... Est-ce vous, Chat, si vous permettez que je vous nomme ainsi, qui avez parlé ? "

Hanna se parlant à elle même en rôdeur.
- " Maître des arcanes, rien que ça. En tout cas, je ne baisserai pas mon arc tant que l'on ne saura pas se qui se passe ici. "

Amendil, lui non plus ne baisse pas son arc, mais prend la parole :

- " Qui nous dit que nous serons en sécurité une fois mon arc baissé ? "

- " N’ailler aucunes craintes étrangers, je pourrais vous mettre en pièce, comme je viens de le faire avec cet impudent qui me menaçait d'utiliser ma fourrure en gibecière... et mes griffes en armes...
Vous ne croyiez pas que je puisse vous réduire à néant ?
Prenez quand même garde à ne pas me contrarier, car moi Jurglove le second, ne suis pas d'humeur à la plaisanterie aujourd'hui... "

Je reste perplexe, et lui poser une question :

-" Très honoré du titre que vous me donné Jurglove, mais je ne suis qu'un utilisateur des arcanes, pas un maître.
Et nous ne voulons en rien vous contrarier, nous sommes, mes amis et moi même à la recherche d'un autre de nos compagnons qui se serai aventuré dans ses grottes... "

Avant que Jurglove reprenne la parole, Amendil lui dit :

- " En aucun cas je n'ai dit et ne dirai que vous, Jurglove, n'êtes pas en mesure de nous anéantir, il ne faut jamais sous estimer son adversaire. Mais mon arc restera près tend que nous ne serons pas sur d'être en toute sécurité. Et si nous pouvions quitter cet endroit sans combattre, j'en serai le premier ravi... "

- " Tout le problème reste là, vous croyez ne pas être en sécurité, et moi je me sens agresser. Alors que faire ? Mais comme vous ne me faite guère confiance, je ne vois pas pourquoi je vous laisserai passer. Combattre ne pas combattre ? Dois-je vous massacrer pour vous prouvez que vous aviez tort ? "

Durak s'approche du chat, le regarde droit dans les yeux; continu de s'approcher... Pendant ce temps Amendil baisse son arc en déclarant:

- " Vous avez raison Jurglove, je baisse mon arc, je vous fais toute confiance, et espère ne... "

Amendil n'a pas fini sa phrase que Durak prend la parole :

- " Dit moi P'tit chat, t'était humain avant ? Et pis cé quoi ses menaces ? Ont fait qu'demander not" ch'min. Alors ? J’te rappel qu" t'es tout seul dans ta fourrure... "

Hanna baisse son arc, Magnus est blême, personnellement, Durak commence à m'échauffer, je crois que là, il va commettre une très grave erreur. Alors que je vais tenter de prendre la parole pour essayer de calmer le jeu, Durak reprend de plus belle :

- " Bon, alors écoute moi bien, (il s'approche encore), on te laisse la vie sauve et tu nous laisse tranquille... On veut même pas s'avoir quique c'est c'te bonhomme..."

Le chat regarde les autres, et quand il revient à regarder Durak, commence à parler :

- " Alors là, bravo... Je vois que vous êtes tous raisonnable. Enfin presque.
Pour répondre à ta question, j'ai toujours été un chat et effectivement je suis seul dans ma fourrure. Et pour vous prouvez que mes dires n'étaient pas mensonges, permet moi de vous montrer un de mes petits tours favoris... "

Et d'un bond, il se retrouve sur la glace, et commence à faire crisser ses griffes sur la glace... Le bruit strident qui envahi la caverne est insupportable.

- " Alors, vous voyez, là ne ferait que commencer vos tourments, si je le souhaitais. "

Il s'arrête, nous regarde et ajoute :

- " Que voulez vous savoir ? Je suis d'humeur à répondre à toutes vos questions. "

Je ne sais pas comment il fait, mais un léger bruit perdure dans ma tête, un sifflement aigu qui m'empêche de me concentrer. Je commence à avoir quelque doute sur nos chances de continuer sans problème, et pose la première question :

- " Comment faite vous pour faire perdurer ce bruit dans ma tête, êtes vous SORCIER ? "

Le chat se tourne vers moi :

- " Ah ! Ah ! Ah ! Sorcier ? Moi ? Voilà bien une idée saugrenue.
J'ai quelques talents inavouables, mais à par cela quelles sont vos questions ? "

- " L'homme au sol, est-il mort ? Qui était-il, que voulait-il ? " demande Magnus.

- " Bien sur qu'il est mort, il venait chercher, euh..., je ne sais plus quoi. Il disait s'appeler Floyd Lindbergue, ou quelque chose comme ça...

Amendil s'avance prudemment et prend la parole :

- " Dites moi, avez vous toujours vécu ici ? Est-ce vous qui avez fait de cette endroit, une caverne de glace ? "

Pendant que Amendil pose ses questions, Durak retourne à l'entrée de la caverne, sort de sa besace une outre de liqueur naine, et commence à la vidée en s'appuyant dos au mur ...

- " Pour la décoration, effectivement tout le mérite m'en revient.
Sinon, OUI, j'ai toujours vécu ici... On m'a dit, mon cher tu seras le second... Tu fais se que tu veux dans cette pièce, je viendrais prendre de tes nouvelles personnellement. Et surtout, tu fais tout pour ralentir ou anéantir toutes personnes autres que moi-même voulant pénétrer dans les cavernes. "

Puis c'est au tour de Magnus de s'approcher et de poser ses questions :

- " Mais où sommes nous exactement, et qu'est-ce qu'il y a dans ses souterrains ? "

- " Ce qui se trouve dan ses cavernes, c'est à vous de le découvrir. Mais avec un gars comme lui (il me montre du regard), je suis sur qu'il ne vient pas ici pour des clopinettes... Où on est ? Sous les montagnes... Dans les environs de Nuln, si mes souvenirs sont exacts.
Sinon que dire d'autre, bah ! Je suis heureux de pouvoir bavarder avec des gens sympathique. "

Et là, Jurglove termine sa phrase, que le bruit dans ma tête (peut être également dans celles des autres) s'arrête, c'est au même moment qu'Amendil pose de nouveau des questions :

- " Tout d'abord Jurglove, si vous êtes le second, qui est le premier ? Et deuxièmement, qu’entendez-vous par un gars comme lui, en désignant notre compagnon ? "

- " Le premier est le premier... Je suis le second, c'est tout. Ah ! Ah! Ah! Ah! Ah! Comme c'est pathétique, je vois que vous n'êtes pas au courant. Alors ce n'est guère à moi de vous le dire... "

Des cris se font entendre à l'entrée de la caverne, Durak commence à grogner. Pousse Hanna et se dirige vers le chat en beuglant :

- " J'croyais tu v"lais répondre à toutes nos questions l'chat... pfou ! C’était des bobards, tu nous prends pour des ... "

Voyant la situation empirer, je prends une dague et commence à me concentrer, Jurglove regarde Durak méchamment, et lui répond sans lui laisser le temps de finir sa phrase :

- " Qu'est-ce qu'il a l'absorbeur de purin, veuillez mesurer vos paroles... Je pourrais ne pas les prendrent avec Humour. "

Oh comme j'ai eu raison, je n'ai pas fini ma concentration que Jurglove fait un bond prodigieux vers le fond de la caverne, commence à faire crisser ses griffes sur la glace... Mais j'ai le temps de me tourner pour qu'il comprenne mes intensions... Il sait que c'est lui que je vise, il accélère l'allure de ses griffes sur la glace, le bruit devient de plus en plus strident, ma volonté me permet de rester concentré, au moment ou il croit que je vais m'écrouler, il est frappé par trois énormes explosions, mais hélas, entre ses coups de griffes et la chaleur des explosions, les stalactites se décrochent et nous tombent dessus.
Il nous faudra une bonne dizaine de minutes pour réussir à sortir de la caverne.
Seul Piéter et Adelbert s'en sortent indemne. Amendil, Hanna et Durak ont subit de légères blessures, Magnus est plus sévèrement atteint, entre la course et les mouvements à droite et à gauche pour éviter les stalactites, ses anciennes blessures se sont ré-ouvertes.
Alors que tout le monde se restaurent et se soignent, Magnus prend la parole en se tournant vers moi :

- " Mais qui êtes vous bon sang ? J'ai l'impression que ce maudit chat vous connaissait, et s'il dit la vérité, qu'il a toujours été ici, c'est que vous êtes déjà venu ici... J'aimerais bien que vous nous donniez quelques explications !"

Durak, égale à lui même se permet de rajouter quelques mots (j'ai un doute sur ses intentions de calmer les esprits) :

- " Ouais ! T’as intérêt à donner des explications, sinon ça va mal se terminer !!! "

Piéter, comme toujours, viens à ma défense :

- " Mesurez vos paroles, le NAIN, car là, je crois que vous dépassez les bornes."

Je préfère prendre la parole afin d'apaiser les tensions, je commence par faire taire mes frères :

- " Piéter, Adelbert, je vous en pris, laissez les s'exprimer... "

Puis, me tournant vers mes autres compagnons :

- " Allez y, je vous écoute. Mais attention, ne mettez pas ma patience à l'épreuve. Posez tous vos questions, j'y répondrait en une seule fois."

C'est Magnus qui pose la première :

- " Que savez-vous de cet endroit ? Et que cherchez-vous exactement ? "

Puis Durak :

- " J'disais seulement qu'y faudrait nous expliquer qu'on va p'tete y passer tous, et visiblement vous savez ou vous êtes !!! Alors ?"

Je préfère répondre à ses questions avant d'en avoir d'autres :

- " Vous êtes au courant, on recherche Léopold, et je connais cet endroit autant que vous.
Je ne sais pas où nous sommes, et en nous suivant, vous avez acceptés de prendre des risques, personnes ne vous à obliger à venir."

Adelbert :

- " Peut-être que messire nain à la frousse que sa carcasse moisisse dans ses cavernes ? "

Durak :

- " Peur !!! Peu probable. Moi s'que j'en dis, c'est que c'est bizarre, c'est tout !!! "

Magnus se sent mal, nous le mettons dans un coin où il va pouvoir se reposer, Piéter lui donne une potion qui va lui permettre de s'endormir tranquillement, mais avant il pose une nouvelle question :

- " Mais comment ce fait-il que le chat vous connaisse ? Où l'avez vous déjà vus ? "

Je me pose des questions, Que faire ? Que dire ? Tout leurs révéler (ou presque), dire le stricte minimum, je ne sais que faire. Je regarde mes compagnons un par un, puis mes frères, ils veulent des réponses. Mes lorsque je viens pour parler, Amendil prend la parole :

-" Mes amis, essayons de rester calme et de réfléchir tranquillement à la situation. Si j'ai bien compris le nom du chat, c'était Jurglove le Second, et si ma mémoire ne me fait pas défaut, nous avons déjà rencontré Jurglove le premier. Il faudrait peut être faire attention à combien de Jurglove nous allons avoir à faire... "

Allez, c'est décidé, il vaut mieux y allez maintenant. Je vais leur dire, mais, je préfère prendre mes précaution et préparer mon bâton, celui-là même qui nous vaut ses déboires aujourd'hui :

- " Hélas! Oui...
Je croyais m'être trompés, mais hélas, oui...
Les miens ici présents et moi même ne sommes jamais venus physiquement ici... Mais, personnellement j'y suis déjà venu en rêve... C'est ici, avec mes frères, que nous avons combattu un sorcier... Oh! Léopold la vaincus, aucun doute la dessus, mais, seul Léopold était encore debout, tous les autres était tombés... C'est depuis ce jour que Léopold à changé, il est devenu l'ombre de lui même, un corps sans âme, une enveloppe vide... Son esprit est resté dans l'une des grottes que nous allons visiter... Il nous faudra trouver celui qui le retient... Mais hélas, je ne sais plus qui le retient, et encore moins combien de Jurglove il existe. Sans compter qu'il existe des dériver, tel le chancelier Urglovej... "

Piéter, prend la parole, il a l'air furieux :

- " Ah ! Bravo, moi qui croyait aller à la chasse aux trésors... "

- " Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Ah! Arrête la Piéter, il n'est plus tend de prendre se groupe pour un groupe de simplets... " Réplique Adelbert, qui reprend :

- " Nous aurions dû, et là tu m’excuseras Rudiger, je te l'avais déjà dit, de les considérer comme nos compagnons, et ça dès le début... "

Je ne sais que répondre, me retournant vers mon frère, je lui dis :

- " Oui, tu as raison, mais bon... Ce qui est fait est fait... "

Après un petit temps d'attente, c'est Durak qui rompt le silence :

- " Donc, vous rechercher votre frère, enfin, c'qu'il avait dans la caboche, OK, de toute façon, enfin c'é mon point d'vus, puisqu'on est dans la mélasse jusqu'au cou, autant resté ensemble, on aura au moins une petite chance de victoire... Allez vous autres, on bouge ou on attend de crever là ? " Sur ses paroles, Durak sort de sa besace une petite bouteille pleine de je ne sais quel alcool nain, et la vide en trois gorgée...

- " Oui, il vaut mieux rester ensemble. " réplique Amendil

A SUIVRE...

 

Récits d'Aventures

JTS CounterStats

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
2
Hier :
6
Semaine :
8
Mois :
98
Total :
7399
Il y a 1 utilisateur en ligne
-
1 invité